Capitaine de navire

Savoir gérer une équipe et assurer la sécurité lors de la navigation
Mission: 

Le.la capitaine est chargé.e de la sécurité de l’expédition maritime, et notamment de la navigation, de l’appareillage, de l’entrée et de la sortie des ports avec l’assistance du.de la pilote et des remorqueurs.

Le. la capitaine :

- contrôle le bon fonctionnement des instruments du navire

- veille à la conformité des droits de circulation

- assure les embarquements et les débarquements des passager.es

- veille à la trajectoire durant sa navigation et à la sécurité des passager.es

- recrute et dirige le personnel de bord.

Formation: 

Un Brevet d'Officier.e de Chef.fe de Quart de navire de mer, obtenu sur concours avec un Bac ou sur dossier avec un Bac +2 scientifique ou professionnel, complété par une formation théorique (3 ans) et pratique (12 mois).

  1. Il existe ainsi quatre brevets correspondant chacun à une taille maximale du navire :
  • le brevet de capitaine 200 permet de commander les navires de jauge inférieure à 200 ;
  • le brevet de capitaine 500 permet de commander les navires de jauge inférieure à 500 ;
  • le brevet de capitaine 3000 permet de commander les navires de jauge inférieure à 3000 ;
  • le brevet de capitaine (dit "illimité") permet de commander les navires de jauge supérieure à 3000, c'est-à-dire sans limite de taille.
  1. Ces formations sont accessibles suivant plusieurs voies :
  • par la filière professionnelle pont en formation continue ;
  • par la formation initiale maritime (BEPM de marin du commerce, bac pro Conduite et gestion des entreprises maritimes) prolongée ensuite par la filière professionnelle ;
  • par la formation d'officier.e chef.fe de quart passerelle (OCQP) auquel on accède sur concours après le baccalauréat et qui permet d'accéder ensuite à la formation de capitaine ;
  • par la formation polyvalente d'officier.e de 1ère classe de la marine marchande, à laquelle on accède après le baccalauréat par un concours de niveau bac scientifique.

En référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur le capital social (et l'habitus), d'aucuns en viennent à parler de capital de mobilité (et d'«habitus mobilitaire»). Un tel capital ne repose pas seulement sur la possession de moyens de transport individuels ou l'accès à des moyens de transport collectifs, mais sur des compétences et des savoir-faire.
La capacité de se déplacer, autrement dit la mobilité, constitue un réel capital. La Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse s’engage valorise les ressources individuelles et collectives du territoire.

Initiatives et innovations

Institut pour la Ville en mouvement
Résumé : Parce que les mobilités ne sont pas qu’une question de transport mais un sujet de société, c’est toute la société qu’il faut observer pour innover 
IVM: recherches et actions internationales, solutions innovantes, partage des connaissances
Liens : www.ville-en-mouvement.com

 

Bibliographie

  • Jacques Attali, L'Homme nomade (Fayard, 2003)
  • Eric le Breton, sociologue, spécialiste de la mobilité : « Bouger pour s'en sortir : mobilité quotidienne et intégration social » « Domicile-Travail : les salariés à bout de souffle »
  • François Ascher, sociologue et économiste urbain vers le principe d'un droit à la mobilité