Conducteur-trice de matières dangereuses

Le.la conducteur.trice routier.e de matières dangereuses assure les opérations de conduite en secteur régional, national ou international.
Mission: 

Sa missions première est de conduire un véhicule en vue d'assurer le transport et la livraison des matières dangereuses (produits pétroliers, citerne gaz ...). Il.elle doit donc connaître et appliquer les règles de sécurité relatives à la manipulation et au transport de celles-ci. Il.elle participe à la promotion commerciale de l'entreprise, le contact avec la clientèle étant fréquent, et assure l'entretien courant du véhicule. Il.elle peut également être amené.e à effectuer des tâches complémentaires à son activité principale de conduite (charger ou décharger la marchandise, la contrôler, remplir les documents de transport ...).

 

Formation: 

Ce métier est accessible sans diplôme ni expérience professionnelle. Un CAP/BEP en conduite routière, service transport routier peut en faciliter l'accès.

Il peut tout de même être nécessaire de suivre quelques formations :

Formation Initiale Minimale Obligatoire du transport de marchandises (F.I.M.O )

FIMO marchandises adaptation commerce de gros à prédominance alimentaire

FIMO marchandises adaptation BTP

FIMO marchandises adaptation déchets

  1. Passer un titre professionnel de conducteur routier de marchandises (formation certifiant) :

Titre professionnel sur porteur

Titre professionnel sur tous véhicules

  • Si vous êtes déjà titulaire d’un permis D (transport en commun), la formation complémentaire dite passerelle vous permet  d’accéder à la fonction de conducteur routier de marchandises :

Formation spécifique dite passerelle - Transport de marchandises

Formation passerelle marchandises adaptation commerce de gros prédominance alimentaire

Formation passerelle marchandises adaptation BTP

Formation passerelle marchandises adaptation déchets

  • Il faut ensuite suivre obligatoirement une formation initiale de base afin de pouvoir transporter des matières dangereuses :

Formation initiale de base matières dangereuses

  • Tous les 5 ans, les conducteurtrices routier.es de matières dangereuses doivent obligatoirement suivre une formation dite « recyclage », tant pour la formation de base que pour les spécialisations :

Recyclage de base matières dangereuses

Recyclage spécialisation produits pétroliers

Recyclage spécialisation citernes

Recyclage spécialisation citernes gaz

Recyclage GPL

Recyclage matières explosives

  • Une spécialisation peut être nécessaire en fonction des besoins de l’entreprise (l’obtention préalable de la « formation de base » est indispensable pour permettre l’acquisition d’une spécialisation) :

Formation initiale spécialisation produits pétroliers en citerne

Formation initiale spécialisation citernes

Formation initiale spécialisation citernes gaz

Formation initiale spécialisation GPL

Formation initiale spécialisation matières explosives

 

Permis / agréments: 

Permis C, permis C1, permis CE, permis C1E.

 

 

En référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur le capital social (et l'habitus), d'aucuns en viennent à parler de capital de mobilité (et d'«habitus mobilitaire»). Un tel capital ne repose pas seulement sur la possession de moyens de transport individuels ou l'accès à des moyens de transport collectifs, mais sur des compétences et des savoir-faire.
La capacité de se déplacer, autrement dit la mobilité, constitue un réel capital. La Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse s’engage valorise les ressources individuelles et collectives du territoire.

Initiatives et innovations

Institut pour la Ville en mouvement
Résumé : Parce que les mobilités ne sont pas qu’une question de transport mais un sujet de société, c’est toute la société qu’il faut observer pour innover 
IVM: recherches et actions internationales, solutions innovantes, partage des connaissances
Liens : www.ville-en-mouvement.com

 

Bibliographie

  • Jacques Attali, L'Homme nomade (Fayard, 2003)
  • Eric le Breton, sociologue, spécialiste de la mobilité : « Bouger pour s'en sortir : mobilité quotidienne et intégration social » « Domicile-Travail : les salariés à bout de souffle »
  • François Ascher, sociologue et économiste urbain vers le principe d'un droit à la mobilité