Vous êtes ici

permis

Le permis à 1€ par jour

Le permis à 1 euro est une aide qui s'adresse aux jeunes âgés de 15 à 25 ans au plus, à la date de signature du contrat de formation avec l'auto-école. Ce prêt ne peut être attribué : > qu'une seule fois à un même bénéficiaire, > qu'à une personne qui souhaite se présenter pour la 1ère fois aux catégories A ou B du permis de conduire.

Permis de Conduire Non-Européen

Conduire en France avec un permis hors Union européenne

Tout titulaire d'un permis de conduire délivré par un Etat extérieur à l'Union européenne (UE) ou à l'Espace économique européen (EEE) peut l'utiliser pendant une durée d'un an à compter de la date d'acquisition de sa résidence habituelle en France, s'il remplit certaines conditions et dès lors que l'État qui lui a délivré le titre est parti à la Convention de Vienne du 8 novembre 1968.

Solutions pour financer son permis ou son véhicule

Financer un besoin en lien avec la mobilité (permis de conduire, achat de véhicule d’occasion, réparation de véhicule, etc.) en apportant un conseil personnalisé et une proposition en adéquation avec la situation financière du demandeur : Etude de faisabilité du projet Diagnostic de la situation, du projet et des capacités de financement Orientation vers un partenaire du Fastt Prêt auto (neuf ou occasion) : de 1 600 € à 12 000 € sur 12 à 60 mois. Conditions pour le crédit :  Etre en mission au moment de la demande ou l'avoir été dans le mois qui la précède  Avoir travaillé 600 heures de mission sur les 12 derniers mois  Répondre aux conditions habituelles pour effectuer une demande de prêt Microcrédit : mise en place, le cas échéant, d’un micro-crédit accompagné jusqu’à 3 000 € (mise en œuvre opérationnelle assurée par l’ADIE) Conditions pour le microcrédit : Dès la 1ère heure de mission ou de mission formation  

Permis CACES

Quel que soit l’engin de chantier ou de levage :

1) L’agent doit suivre une formation pour la conduite en sécurité de l’engin.

2) L’autorité territoriale doit délivrer au travailleur une autorisation de conduite par écrit sur la base de trois critères. Elle concerne une seule catégorie d’engin à la fois.

Cette évaluation, destinée à établir que le travailleur dispose de l’aptitude et de la capacité à conduire le tracteur, prend en compte les trois éléments suivants :

Permis transports ferroviaires

Pour prendre les commandes d’un train en France il faut une licence européenne. Les textes ont beaucoup évolué, nous allons parler ici de la nouvelle génération de "permis" européen.

Permis hauturier

Le permis hauturier est le dernier niveau d'examen pour la navigation de plaisance dans les eaux françaises et permet de naviguer de jour comme de nuit, sans limites de vitesse, de taille et de distance.

Description du permis hauturier

Le permis hauturier est une extension du permis côtier. Celui-ci limite la navigation jusqu'à six miles d'un abri. Le permis hauturier permet de naviguer au-delà de cette restriction, c'est-à-dire en haute mer.

Pour pouvoir passer le permis hauturier, il faut être titulaire du permis côtier.

Permis fluvial

Pour naviguer dans les eaux intérieures françaises avec une embarcation de plus de six chevaux, il faut être titulaire du permis fluvial. Ce dernier peut être de deux ordres :

Permis de catégorie E

Les permis de catégories E permettent de conduire un véhicule attelé d’une remorque d’un PTAC de plus de 750 kg. Il existe 3 permis E différents, correspondant au véhicule conduit.

  • Permis E (B)

Il permet de conduire un véhicule de catégorie B attelé d’une remorque de plus de 750 kg. Il est accessible dès 18 ans aux titulaires du permis B.

  • Permis E (C)

Ouvert aux titulaires du permis C âgés de plus de 18 ans, ce permis autorise la conduite de véhicules de catégorie C attelés d’une remorque de plus de 750 kg.

Permis côtier

Le permis côtier est l'examen minimum pour avoir le droit de manœuvrer un bateau de plaisance dont le moteur dépasse six chevaux.

Description du permis côtier

Le permis côtier permet de naviguer de jour comme de nuit jusqu'à six milles nautiques d'un abri, sans restriction de taille ni de puissance de moteur.

Le permis côtier est ouvert à toute personne âgée de plus de 16 ans. Il est également délivré aux adolescents de plus de 14 ans, sur dérogation spéciale.

Le permis côtier est délivré aux professionnels, comme aux particuliers.

Permis de catégorie A

Cette catégorie concerne les permis permettant de conduire des motocyclettes.

  • Permis AM

Depuis janvier 2013, le permis AM remplace le BSR ; il concerne les jeunes dès 14 ans (s’ils sont titulaires de l’ASR ou de l’ASSR) pour la conduite des cyclomoteurs dont la cylindrée est de 50 cm3 ou des scooters automatiques ou encore des motos à vitesse limitée à 45 km/h ; ce nouveau permis est un permis électronique et non plus une simple attestation. La formation passe de 5h à 7h

Pages

S'abonner à RSS - permis

En référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur le capital social (et l'habitus), d'aucuns en viennent à parler de capital de mobilité (et d'«habitus mobilitaire»). Un tel capital ne repose pas seulement sur la possession de moyens de transport individuels ou l'accès à des moyens de transport collectifs, mais sur des compétences et des savoir-faire.
La capacité de se déplacer, autrement dit la mobilité, constitue un réel capital. La Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse s’engage valorise les ressources individuelles et collectives du territoire.

Initiatives et innovations

Institut pour la Ville en mouvement
Résumé : Parce que les mobilités ne sont pas qu’une question de transport mais un sujet de société, c’est toute la société qu’il faut observer pour innover 
IVM: recherches et actions internationales, solutions innovantes, partage des connaissances
Liens : www.ville-en-mouvement.com

 

Bibliographie

  • Jacques Attali, L'Homme nomade (Fayard, 2003)
  • Eric le Breton, sociologue, spécialiste de la mobilité : « Bouger pour s'en sortir : mobilité quotidienne et intégration social » « Domicile-Travail : les salariés à bout de souffle »
  • François Ascher, sociologue et économiste urbain vers le principe d'un droit à la mobilité