Pilote d'engins de compétition

Apprécier la compétition
Mission: 

Le sport automobile peut prendre de multiples facettes. En rallye ou en circuit, sur terre ou asphalte, avec l’objectif de se faire plaisir ou celui de devenir professionnel.le… Les possibilités peuvent varier à l’infini.

Du championnat départemental à la finale de la Coupe du Monde, un match de football se déroule toujours sensiblement de la même manière. Il en est tout autrement en sport automobile. Une course sur circuit est fondamentalement différente d’un rallye ! Vous trouveriez autant de différences si vous cherchiez à comparer la Coupe de l’America avec une transatlantique en solitaire…

Si le.la pilote est souvent mis.e en avant, il.elle doit s’appuyer sur une équipe. Contrairement aux apparences, le sport automobile n’est pas un sport individuel. Le.la pilote doit pouvoir compter sur son.sa team-manageur.se, son ingénieur.e et ses mécanicien.nes pour décrocher la victoire. Pour celles et ceux qui ne peuvent pas prendre le volant, intégrer une équipe – qu’elle évolue à un niveau amateur ou professionnel – est une manière exaltante de vivre sa passion.

Autre piste à suivre : devenir officiel.le pour participer à l’encadrement des épreuves. Commissaire de route ou directeur.trice de course, commissaire technique ou chronométreur.se, chacun.e peut trouver sa place au sein d’une organisation !

La plupart du temps, il faudra prendre une licence pour entrer dans la grande famille du sport automobile. Pour obtenir ce sésame, l’affiliation à un des 400 clubs répartis dans l’Hexagone vous permettra de rencontrer d’autres passionné.es.

 

Formation: 

Après la 3ème, pour conduire en compétition, il faut appartenir à une association sportive automobile et obtenir une licence.

Il y a différentes catégories de licences. Celles permettant de participer aux épreuves de plus haut niveau demandent d'avoir effectué un stage complet dans une école de pilotage, agréée par la Fédération française du sport automobile (FFSA).

Devenir Licencié.e

Une licence est délivrée par la FFSA à toute personne morale ou physique désirant exercer une fonction, participer à une compétition inscrite au calendrier de la FFSA, de la FIA ou d’une A.S.N. affiliée à la FIA ou à toute autre activité organisée sous l’égide de la FFSA ou pratiquer l’entraînement à l’année (année civile).

Il existe deux grandes catégories. Les licences pratiquant ouvrent droit à participer aux compétitions organisées sous l’autorité de la FFSA ou à pratiquer l’entraînement à l’année. Les licences encadrement permettent d’assurer des fonctions fédérales et d’encadrement général lors des épreuves. Les licences personnes morales sont destinées aux organisateur.tricess, partenaires techniques, constructeur.es, sociétés et écuries.

En référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur le capital social (et l'habitus), d'aucuns en viennent à parler de capital de mobilité (et d'«habitus mobilitaire»). Un tel capital ne repose pas seulement sur la possession de moyens de transport individuels ou l'accès à des moyens de transport collectifs, mais sur des compétences et des savoir-faire.
La capacité de se déplacer, autrement dit la mobilité, constitue un réel capital. La Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse s’engage valorise les ressources individuelles et collectives du territoire.

Initiatives et innovations

Institut pour la Ville en mouvement
Résumé : Parce que les mobilités ne sont pas qu’une question de transport mais un sujet de société, c’est toute la société qu’il faut observer pour innover 
IVM: recherches et actions internationales, solutions innovantes, partage des connaissances
Liens : www.ville-en-mouvement.com

 

Bibliographie

  • Jacques Attali, L'Homme nomade (Fayard, 2003)
  • Eric le Breton, sociologue, spécialiste de la mobilité : « Bouger pour s'en sortir : mobilité quotidienne et intégration social » « Domicile-Travail : les salariés à bout de souffle »
  • François Ascher, sociologue et économiste urbain vers le principe d'un droit à la mobilité