Télé-travailleur.se salarié.e

Travailler de chez soi pour un.e employeur.se

Les salarié.es « télétravaillant » à domicile jouissent d'une protection sociale et des droits identiques à ceux de l'ensemble des salarié.es, car le.la télétravailleur.se salarié.e est avant tout un.e salarié.e de l’entreprise.

Le télétravail s’exerce sur la base du volontariat pour les 2 parties (employeur.se et salarié.e) avec une réversibilité possible pour chacun. Il est défini par un accord individuel et/ou collectif (avenant au contrat de travail et accord négocié). Parlez-en à votre hiérarchie et à votre responsable des ressources humaines. Si votre employeur.se n’a pas encore n’a pas encore entamé de réflexion sur le télétravail, présentez lui les avantages réciproques de cette nouvelle organisation du travail. De nombreuses études sont disponibles sur Internet et démontrent que les employé.es gagnent en confort de vie et que les employeur.ses constatent un accroissement de 27% de la productivité des salarié.es télétravailleur.ses (sources : livre blanc national sur le télétravail et les nouveaux espaces de travail – 2012).

A domicile mais pas isolé.e ! Quels que soient votre activité et votre statut vous aurez besoin de travailler avec les autres.

Les rencontres présentielles : télétravailleur.ses salarié.es, prévoyez au moins un jour/semaine de travail sur site au sein de l’entreprise.

Les liens virtuels : de nombreuses applications d’Internet sont disponibles pour éviter l’isolement et pour travailler à distance avec les autres : réseaux sociaux professionnels, outils collaboratifs, visioconférence, e-learning, e-commerce, cloud… Vous pourrez vous faire connaitre, entretenir votre réseau, échanger des informations, travailler à plusieurs sur un document, faire de la veille technique, vous former à distance, vendre en ligne, etc. Pour maîtriser tous ces outils, adressez-vous à un des Espaces Régionaux Internet Citoyen du Pays de Grasse.

Informations juridiques: 

Le cadre réglementaire du télétravail salarié repose sur l’Accord-cadre européen du 16 juillet 2002, adapté en droit français par l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 19 juillet 2005. Puis la Loi Warsmann, publiée le 22 mars 2012, et Loi Sauvadet, le 12 mars 2012, ont introduit le télétravail dans le Code du Travail pour les secteurs privés et publics.

En référence aux travaux de Pierre Bourdieu sur le capital social (et l'habitus), d'aucuns en viennent à parler de capital de mobilité (et d'«habitus mobilitaire»). Un tel capital ne repose pas seulement sur la possession de moyens de transport individuels ou l'accès à des moyens de transport collectifs, mais sur des compétences et des savoir-faire.
La capacité de se déplacer, autrement dit la mobilité, constitue un réel capital. La Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse s’engage valorise les ressources individuelles et collectives du territoire.

Initiatives et innovations

Institut pour la Ville en mouvement
Résumé : Parce que les mobilités ne sont pas qu’une question de transport mais un sujet de société, c’est toute la société qu’il faut observer pour innover 
IVM: recherches et actions internationales, solutions innovantes, partage des connaissances
Liens : www.ville-en-mouvement.com

 

Bibliographie

  • Jacques Attali, L'Homme nomade (Fayard, 2003)
  • Eric le Breton, sociologue, spécialiste de la mobilité : « Bouger pour s'en sortir : mobilité quotidienne et intégration social » « Domicile-Travail : les salariés à bout de souffle »
  • François Ascher, sociologue et économiste urbain vers le principe d'un droit à la mobilité